Bienfaits et vertus des Omégas 3

Poisson Oméga 3

De nombreuses vertus sont attribués aux omégas 3 pour la Santé. D’origines animales (issu du poisson) ou d’origines végétales, ces deux formes d’omégas3 ne sont pas pour autant identiques et non comparables en matière de bénéfices apportés à l’organisme. Ils peuvent être absorbés et consommés à des doses nutritionnelles dans les aliments ou à des doses pharmacologiques dans des médicaments ou dans des compléments alimentaires. Et là aussi, il serait bien simpliste d’extrapoler trop facilement sur les bénéfices apportés par les Oméga3 dit « pharmacologiques » par rapport à ceux apportés par les Oméga3 présent dans les aliments.

L’apport d’omégas 3, notamment sous forme de compléments alimentaires, pour limiter le risque cardiovasculaire a fait l’objet de nombreuses études.

L’intérêt de ces compléments alimentaires en Omégas 3 réside dans sa facilité et sa praticité d’absorption, certaines personnes ayant bien des difficultés à consommer régulièrement et en quantité suffisante du poisson gras, qui rappelons le,  reste la principale sources d’oméga 3. D’autres évoquent, à juste titre, les ressources naturelles et limitées de la mer à produire des poisson « gras ».

Les scientifiques ont démontré une fréquence de maladies cardiovasculaires bien moindre chez les personnes consommant régulièrement des omégas 3 (qu’ils soient d’origine animal ou végétal). Par ailleurs, il est reconnu que les omégas 3 ont des effets bénéfiques sur les fonctions de production de plaquettes dans l’organisme.

Plusieurs études ont été menés par les scientifiques, et parmi les plus remarquables, nous pouvons citer l’étude GISSI. Cette étude a été réalisée chez des patients atteint d’un infarctus récent du myocarde. Réalisée sur un échantillon de 11.000 personnes, cette étude a également mis en avant une diminution importante des infarctus et une baisse significative des décès d’origine cardiovasculaire.

Parmi les études remarquables, citons également « JELIS », menée sur un échantillon de femmes, chez qui l’effet de fortes doses d’EPA (1800 mg) ont été testés. Cette étude démontre une diminution significative du critère d’évaluation principal mais, contrairement à l’étude GISSI, les effets ont été expliqués essentiellement par un bénéfice sur les événements non mortels. Il y a donc contradiction dans les résultats de ces deux études.

Au final, les résultats ne laissent pas apparaître de façon clair de bénéfices sur le risque cardiovasculaire. Les contradictions entre les différents résultats peuvent être liés à l’évolution des maladies cardiovasculaires qui sont aujourd’hui traités avec des traitements de mieux en mieux suivi, diminuant de façon certaine et significative le taux de récidive de l’accident cardiovasculaire. Il devient, dans ces conditions, difficile de mettre en avant un bénéfice réel et certain de ce type de compléments alimentaires.

Il n’en reste pas moins que les recommandations diététiques visant à substituer dans l’alimentation la viande par du poisson restent valides. En revanche, les compléments alimentaires apportant des oméga 3 ont un bénéfice qui peut être considéré comme relativement faible voir inexistant. Les omégas 3 d’origine végétale n’ont, d’après les différente études menés (voir ci-dessus), pas fait la preuve d’une efficacité absolue, notamment pour les doses nutritionnelles.

Il devient donc préférable de proposer aux personnes une alimentation plus riche en omégas 3 grâce à des aliments tels que des poissons gras ou des matières grasses d’origine  végétales comme l’huile de colza ou de noix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *